Caroline Dawson

Là où je me terre

Là où je me terre
Là où je me terre

Publication

Montréal, Québec, les éditions du remue-ménage, 2020
Là où je me terre
ISBN: 978-2-89091-719-4

Description : 208 pages
Type de document : Livre imprimé
Niveau : 2e cycle du secondaire, collégial

Biographie de l’auteure

Née en 1979 à Valparaiso au Chili, Caroline Dawson arrive au Canada comme réfugiée politique avec sa famille, à l’âge de sept ans. Débute alors la longue route de l’adaptation et de l’intégration à la culture québécoise, d’abord à Montréal puis à Brossard. Elle poursuit des études en sociologie, voyage à travers le monde et vit quelques années en Suède avant de de-venir professeure au cégep Édouard-Montpetit. Passionnée de littérature, elle s’implique au Festival de littérature jeunesse de Montréal et écrit pour divers blogues (Page par Page, TPL Moms). Elle est finaliste du Prix du récit de Radio-Canada en 2018 pour Les Honeycomb de Madame Thérèse. Elle publie en 2020 son premier livre, Là où je me terre, aux Éditions du remue-ménage; le roman est finaliste au Prix des libraires du Québec et gagnant du Prix littéraire des collégiens en 2021. Un recueil de poésie intitulé Ce qui est tu, paraît à l’hiver 2023 aux Éditions Nota bene.

Caroline Dawson - Crédit Chloé Charbonnier
Photo: Chloé Charbonnier

« J’ai une préférence pour les lectures qui révèlent la part de l’Autre en nous, qui nous lient aux autres êtres humains et font de nous une communauté 1 1 Site Internet du Festival de littérature jeunesse de Montréal, page « Notre équipe »  »

Caroline Dawson

Extrait

« Un jour où ses parents étaient partis, un garçon de treize ans a demandé à ma mère de laver la cuisinière. Il avait réchauffé la sauce à spaghetti congelée laissée par sa mère pour son lunch. Il l’avait oubliée sur le feu et ça avait débordé, brûlé la casserole et éclaboussé partout. J’ai vu ma mère récurer la cuisinière, les murs autour et le plancher pendant une heure supplémentaire pendant qu’il regardait la télé, en boxers, en mangeant une pizza commandée en remplacement du spaghetti dans une assiette que ma mère nettoierait après tandis qu’il lui lancerait, sans lâcher l’écran du regard, « Ah, thanks Natalia, t’es vraiment la best. » 

Quand j’enrage juste parce qu’on ne donne pas du « Madame » à ma mère, qu’on la tutoie ou qu’on l’appelle familièrement par son prénom, je sens tout remonter en moi. La colère part de là. L’image de ma mère, à genoux, tête baissée à laver des bécosses, qui reçoit les ordres, même formulés poliment, d’un enfant; je me rangerai toujours du côté des humiliés. C’est là où je me terre 2 2 Dawson, Caroline. Là où je me terre, Éditions du remue-ménage, 2020. . » (p. 140) 

Résumé de l’œuvre

La petite Caroline apprend que toute sa famille quittera le Chili pour toujours afin de s’établir au Canada. À partir de cette annonce, c’est tout un parcours d’exil, de chocs culturels, d’adaptation puis d’intégration que nous racontera la narratrice. Ce parcours est vécu différemment par ses parents, qui doivent cumuler plusieurs jobs misérables pour faire vivre leur famille, et par leurs enfants qui vont à l’école, apprennent le français et tentent de se fondre dans la société d’accueil. Cette intégration ne se fait donc pas sans heurt, passant d’humiliations racistes et classistes en trahisons envers leur culture d’origine et envers le statut précaire de leurs parents. Entre colère et amour, Caroline s’intégrera à la culture québécoise, pour le meilleur et pour le pire. C’est en français et en pleine possession de ses moyens, devenue professeure de sociologie au collégial, qu’elle criera dans ce roman son indignation pour le traitement réservé à ses parents réfugiés et son désarroi devant tout ce qu’elle aura dû trahir pour en arriver à s’affranchir. 

Situer l’œuvre

Depuis une vingtaine d’années, des femmes racisées prennent la parole pour raconter leur vécu et les embûches qui ont marqué leurs parcours migratoires. Que l’on pense à Americanah 3 3 Ngozi Adichie, Chimamanda. Americanah, Gallimard, Folio, 2014.  de Chimamanda Ngozi Adichie, où l’autrice questionne son identité de femme noire lorsqu’elle immigre aux États-Unis, ou du Ventre de l’Atlantique 4 4 Diome, Fatou. Ventre de l’Atlantique, éditions Anne Carrière, 2003.  de Fatou Diome, où la narratrice confronte les rêves de son frère sénégalais à la dure réalité des personnes immigrantes en France (2013), plusieurs oeuvres brossent un portrait des difficultés de l’exil au Nord vécues par des femmes venues du Sud. Là où je me terre s’inscrit certainement dans cette série de prises de parole, cette fois à travers le récit d’une petite fille qui vit l’exil, fuyant la dictature de Pinochet au Chili, pour immigrer au Québec à la fin des années 1980; celui aussi de la femme qu’elle est devenue, s’affranchissant du statut précaire de sa mère, immigrante et pauvre. 

Jusqu’au choix du terme pour désigner le genre littéraire de son oeuvre, Caroline Dawson y va d’une revendication sociopolitique sur la place des femmes immigrantes dans la société d’accueil. En effet, bien qu’on puisse facilement qualifier Là où je me terre d’autofiction 5 5 Voir cet article portant sur l’autofiction – l’autrice y relate une histoire personnelle réelle tout en glissant à la fin de son récit un questionnement quant à sa capacité de pouvoir valider toute la véracité de ses propos (voir l’Épilogue : Je me souviens) – ce livre est un roman, et elle le revendique : 

« Je tiens au mot roman parce que je désire ardemment imposer ma mère et les femmes qui ont connu son destin à la réalité et à la fiction qui ne parlent jamais d’elles. Natalia, ma mère, avec ses mains abîmées, fripées par la javel, est un être humain en chair et en os, mais elle est aussi un idéal type. Quand on me refuse le mot roman, j’ai l’impression que l’on refuse que je fasse de notre histoire de la littérature. […]

Écrire, pour moi, c’est mettre en lumière les violences subies et infligées en refusant l’invisibilisation que l’histoire et la littérature imposent aux femmes comme ma mère. C’est refuser qu’on les limite à leur aspect individuel. Être écrivaine, pour moi, c’est nous placer désormais comme personnages, et ainsi obliger le Québec à nous voir, à nous regarder, à nous en-tendre nous dire, à nous lire. Les immigrantes sont aussi des personnages principaux qui façonnent les sociétés et qui en subissent les violences. Je continuerai à dire roman parce qu’au bout du compte, c’est la seule véritable vengeance que je connaisse. Par le roman, je nous ai inscrites, avec colère et amour, dans la trame narrative collective québécoise 6 6 Je suis une écrivaine québécoise, je suis vengeance . »

« Avec colère et amour » : s’il y a dans cette œuvre une vengeance de classe certaine, il y a aussi une tendresse teintée de complicité envers la société québécoise. Cette dualité en fait une œuvre unique, à la fois rage et douceur. D’abord la rage que l’on saisit dès cette première rencontre avec le douanier sans cœur :

« Ce genre d’homme, qui en soustrait d’autres à son regard, qui se défile devant la douleur, est le premier type d’humain que j’ai détesté. Je me suis fait un devoir d’écolière de l’enregistrer dans mon cerveau pour le haïr toute ma vie durant, lui et toute sa race. » (p.26)

Douceur que l’on saisit ensuite à son apogée dans ce moment où la petite Caroline « rencontre » une Passe-Partout qui semble s’adresser à elle dans cette langue qui lui est pourtant encore inconnue (p.30).

Il reste qu’il s’agit avant tout d’une histoire faite d’humiliations et de trahi-sons. Statut ingrat et douloureux de réfugiés que celui des parents de Caroline, nettoyant nuit et jour espaces commerciaux et foyers confortables, recevant pour ce dur labeur des revenus médiocres, se privant de tout pour leurs enfants afin que ceux-ci puissent un jour s’affranchir de cette précarité.

Thématiques – Enjeuxlock

commodo dui lectus vivamus libero vel maximus pellentesque efficitur class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra inceptos himenaeos fermentum turpis donec magna porta enim curabitur odio rhoncus blandit potenti sodales accumsan congue neque duis bibendum laoreet elementum suscipit diam vehicula eros nam imperdiet sem ullamcorper dignissim risus aliquet habitant morbi tristique senectus netus fames nisl iaculis cras aenean lorem ipsum dolor sit amet consectetur adipiscing elit praesent interdum dictum mi non egestas nulla in lacus sed sapien placerat malesuada at erat etiam id velit finibus viverra maecenas mattis volutpat justo vitae vestibulum metus lobortis mauris luctus leo feugiat nibh tincidunt a integer facilisis lacinia ligula ac suspendisse eleifend nunc nec pulvinar quisque ut semper auctor tortor mollis est tempor scelerisque venenatis quis ultrices tellus nisi phasellus aliquam molestie purus convallis cursus ex massa fusce felis fringilla faucibus varius ante primis orci et posuere cubilia curae proin ultricies

luctus leo feugiat nibh tincidunt a integer facilisis lacinia ligula ac suspendisse eleifend nunc nec pulvinar quisque ut semper auctor tortor mollis est tempor scelerisque venenatis quis ultrices tellus nisi

Esthétique de l’œuvre

Là où je me terre est un texte narratif en prose assez linéaire. On suit presque toujours chronologiquement le parcours de la narratrice. La forme n’y est pas éclatée. Le registre de langue est plutôt soutenu. Par contre, l’autrice s’amuse par-ci par-là à changer subitement de registre de langue, pimentant le texte de registres de langue familiers qui surprennent au détour d’une phrase en français plus normatif. Autres clins d’œil stylistiques, les titres des chapitres sont autant d’hommages à la culture québécoise : titres d’œuvres, expressions, références à des éléments de la culture populaire du Québec.

Changements de registre

La narratrice nous raconte qu’elle a traversé les épreuves de l’intégration en arrivant à maîtriser la langue haut la main. Cela se répercute sur le texte lui-même bien sûr, rédigé dans un registre soutenu, au passé composé principalement. Puis, de manière abrupte, ludique même, un mot familier, évoquant une oralité qui contraste avec le vocabulaire soutenu utilisé, vient surprendre :

« … je m’ébouriffais la tignasse en enlevant ma tuque brune tricotée maison, pleine de statique. Je gesticulais, j’avais un accent, je parlais fort, je jouais de l’ostie de flûte. J’étais outrageusement enthousiaste, sonore, voyante. Tout mon être était tapageur à côté de ces filles que je trouvais si délicates dans le luxe de leur anonymat. » (p.65)

Ces surprises qui agrémentent le texte nous rappellent chaque fois à quel point la narratrice maîtrise la langue, manipule avec aisance les différents registres, et donc qu’elle s’est bien intégrée… avec tout ce que cela suppose de renoncements, de trahisons, de sentiment de soumission.

« Rendue au cégep, on me trouvait donc déjà intégrée. J’avais appris la langue, je disais oui, je disais merci, je sacrais avec parcimonie et au bon moment. Je ne demandais jamais rien, travaillais d’arrache-pied à l’école comme mes parents faisaient à laver des toilettes. Si parfaite que je n’avais pas d’accent, pas de dettes, pas de fardeau, pas de récriminations. Je ne refusais rien. Un emploi, un ami, une invitation, un conseil, une consigne, une directive, un commentaire méprisant, une injure, deux millions d’humiliations. Je ne laissais jamais deviner la confusion anxieuse, la haine sous les sourires, l’insécurité qui enveloppe les nuits. Je me confondais dans la masse, j’avais les mêmes valeurs, les mêmes vêtements, les mêmes références et faisais semblant d’avoir la même histoire.

Les clins d’oeil à la culture québécoise

Les titres des chapitres s’amusent avec la culture populaire québécoise.

On y entend des chansons des années 1980 et 1990 qui jouaient ad nauseam à Cité RockDétente (par exemple Dors Caroline). On y retrouve des titres de livres (par exemple La liberté n’est pas une marque de yogourt, chapitre dont un second épisode, encore une humiliation, viendra plus tard) et d’émissions de télévision (par exemple Le petit castor, La Fureur). On reconnaît des jeux d’enfants (par exemple Dis-moi le nom de ton cavalier), des répliques connues (par exemple Shit, Lola) ou encore des noms de Québécois célèbres (par exemple Le frère André, pour nous parler d’un chauffeur d’autobus). Ce jeu de piste nous rappelle chaque fois que l’autrice sait jongler avec les référents de sa culture d’accueil, autre illustration de son intégration réussie, cette fois sans en souligner l’envers douloureux.

Glossaire

Dictature de Pinochet au Chili

La dictature militaire d’Augusto Pinochet au Chili en Amérique du Sud a débuté par un coup d’état ayant mené à la mort du président socialiste Salvador Allende le 11 septembre 1973. Elle s’est terminée le 11 mars 1990, à la suite du référendum de 1988 sur la prolongation au pouvoir jusqu’en 1997 du général Augusto Pinochet. Le «Non» l’a emporté.. Ces 16 ans furent le théâtre de violations sans précédent des droits humains : plus de 3 200 morts et « disparus », autour de 38 000 personnes torturées, plusieurs centaines de milliers d’exilés. 7 7 Claire Martin, « Chili : le bilan humain de la dictature d’Augusto Pinochet revu à la hausse », RFI, 20 août 2011

Autres définitions

Réfugié.e

Une personne réfugiée est une personne qui a dû fuir la persécution. Au sens de la Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés, définition reprise dans la loi canadienne et qui est largement acceptée à l’échelle internationale, il s’agit d’une personne qui doit se trouver hors de son pays d’origine et craindre avec raison d’être persécutée du fait de sa « race », de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques 8 8 Glossaire du Conseil canadien pour les réfugiés .

Autres définitions

Racisme

« Habituellement, lorsqu’on parle de racisme, on pense à des comporte-ments répréhensibles que certains individus peuvent avoir envers des per-sonnes racisées. C’est ce qu’on appelle le racisme direct. C’est abject et habituellement assez facilement identifiable, mais il y a beaucoup plus 9 9 Outil d’éducation sur le racisme systémique de la Ligue des droits et libertés. . »

« […] on comprend le racisme systémique comme un phénomène qui tire son origine de rapports de pouvoir inégalitaires historiques ayant façon-né à des degrés divers la société, ses institutions (normes et pratiques), ses représentations, ainsi que les relations sociales et pratiques individuelles qui y prennent place, contribuant ainsi à la reproduction dans le temps des inégalités racistes et la persistance des dénis de droits en découlant 10 10 Commission de droits de la personne et de la jeunesse citée dans l’outil de la Ligue des droits et libertés référé ci-haut. . »

Autres définitions

Ressources

L’autrice dans ses propres mots :

  • Article de Caroline Dawson paru dans Lettres québécoises (L182), octobre 2021 « Je suis une écrivaine québécoise, je suis vengeance »
  • Entrevue donnée par Caroline Dawson à Tout le monde en parle le 2 octobre 2022
  • Dossier sur Caroline Dawson, incluant des entrevues et des citations, sur Babelio
  • Journal de bord radiophonique de Caroline Dawson à l’émission Pénélope, premier épisode (les autres sont recommandés en complément au bas de la page)
  • Caroline Dawson se présente dans le cadre du Festival de littérature jeunesse de Montréal

Un peu plus d’informations sur l’autrice et son œuvre :

  • Sa page Wikipédia
  • Un article du Club des Irrésistibles des Bibliothèques de Montréal par Marie-Anne Poggi
  • Présentation de Caroline Dawson, finaliste du Prix du récit de Radio-Canada 2018

D’autres œuvres qui font écho à Là où je me terre :

  • Chimamanda Ngozi Adichie, Americanah, Paris, Gallimard, folio, 2013. Roman. La narratrice raconte ses prises de conscience identitaires en tant que femme noire lors de son exil aux États-Unis puis lors de son retour au pays natal.
  • Edouard Louis, Changer : méthode, Paris, Seuil, 2021. Récit autobiogra-phique. L’auteur évoque son arrivée au lycée, la confrontation à une classe sociale plus aisée et la nécessité pour lui de se réinventer et de rompre avec son milieu d’origine.
  • No, film de Pablo Larraín (2012). Film chilien présentant la démarche créative et militante du publicitaire qui réalise la campagne du Non au référendum de 1988, au terme duquel le géné-ral Pinochet devra quitter le pouvoir.
  • Kim Thu, Ru, Montréal, Libre Expression, 2009. Roman. L’autrice y raconte sa naissance au Vietnam pendant la guerre, la fuite avec les boat people, son accueil dans une petite ville du Québec, ses études, ses liens familiaux, son enfant autiste, etc.

Crédits

L’Espace de la diversité reconnaît l’aide financière du Conseil des Arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts de Montréal, de la Société de développement des entreprises culturelles, et de la Fondation Lucie et André Chagnon.

  • Conseillère-experte en littérature : Lorrie Jean-Louis 
  • Coordination : Selma Guessous 
  • Recherche et rédaction : Marie Brodeur-Gélinas 
  • Révision linguistique : Laurence Poulin 
  • Conception graphique et mise en page du PDF : Alejandra Núñez 

Espace de la diversité 

1260, rue Bélanger, bur. 201  

Montréal, Québec, H2S 1H9 

Tél. : 438-383-2433 

info@espacedeladiversite.org  

www.espacedeladiversite.org

Nous utilisons des cookies sur ce site pour améliorer votre expérience utilisateur.